Métabolisme

Pour faire simple, le métabolisme représente l’ensemble des dépenses énergétiques de l’organisme, généralement exprimé en calorie (kcal)

On distingue :

 

  • Le métabolisme de base

qui represente le besoin minimum d’énergie nécessaire à un organisme au repos pour assurer ses fonctions vitales durant 24 heures, comme la respiration, les battements cardiaques, l’activité cérébrale, la thermorégulation¹, la digestion… Ce besoin incompressible varie en fonction de l’âge, du sexe, de la taille, du poids, de la température ambiante, mais aussi du volume musculaire et du fonctionnement de la glande thyroïde.

Le métabolisme de base représente la plus grande part des dépenses caloriques de l’organisme sur une journée, et peut représenter entre 60 et 70% de la dépense calorique totale d’un individu en activité.

Pour vous donner une idée :

. Le métabolisme de base d’un homme de 30 ans, mesurant 1,80m pour 80 kilos est d’environ 1800 calories.
. Le  métabolisme de base d’une femme de 30 ans, mesurant 1,65m pour 55 kilos  est d’environ 1280 calories.

Je rappelle que ce nombre de calories est requis uniquement pour les fonctions vitales sur 24 heures, sans bouger !

 

 

  •  Le métabolisme d’activité

qui represente le besoin calorique supplémentaire nécessaire pour assurer l’activité physique et mentale durant 24 heures. Ces besoins dépendent du volume musculaire, de la durée et de l’intensité de ces activités.

Si l’on reprend les exemples précédents, le niveau de calorique requis pour la femme et l‘homme sont respectivement de 1750 et 2520 calories s’ils sont sédentaires et de 1980 et 2850 calories s’ils sont actifs.

Je vous livre un élément moins connu ou très souvent négligé : l’alimentation a une grande influence sur le métabolisme de base.

Les régimes amaigrissants provoquent une adaptation « réflexe » de l’organisme et font baisser nettement les besoins caloriques quotidiens. En effet, ils sont très souvent responsables d’une perte conséquente de masse musculaire (même lors d’un régime hyperprotéiné !) et d’une baisse de l’activité thyroïdienne. Ce qui explique en grande partie l’effet yo-yo.

Les régimes alimentaires riches en sucres rapides (qu’ils soient simples ou complexes) et pauvres en graisses font également, et contrairement à l’avis général, baisser le métabolisme.



¹Maintien de la température du corps.

 

27 février 2013 |