Brève : les frites de McDonald’s sont-elles dangereuses ?

Depuis quelques jours, circule sur Internet une vidéo « buzz » sur la composition très suspecte des frites MacDonald’s aux Etats-Unis. En effet, de nombreux éléments chimiques entrent dans cette composition, et cette révélation, une nouvelle fois affligeante, devrait nous pousser à nous méfier davantage de la malbouffe industrielle.

Mais ce qui m’intéresse, en tant que Français vivant en France, c’est : « qu’en est-il des frites MacDonald’s en France ? »…

bff-alacarte-carousel

Bingo, MacDonald’s France soucieux que l’effet négatif du buzz outre-Atlantique n’affecte les consommateurs français, sort un communiqué pour nous rassurer. En résumé, les pommes-de-terre sont françaises, associées à quelques additifs, mais juste ce qu’il faut (!), en total respect de la législation française. Jusque là, rien de bien intéressant, après tout, un organisme sain doit pouvoir supporter et éliminer quelques additifs autorisés par la Commission Européenne. Mais la fin du communiqué confirme, noir sur blanc, ce que je redoutais…

Re-bingo,  l’huile de cuisson est « une huile végétale, composée de colza et de tournesol, qui garantit des frites savoureuses et croustillantes. » Nous y sommes, comprenez-moi bien : le problème avec les frites MacDonald’s, et avec celles de la restauration en général, n’est pas tant les additifs que l’on peut y trouver que l’huile utilisée ! Je m’explique :

Les huiles de tournesol et de colza sont des huiles dites polyinsaturées, oxydées dès le premier stade de fabrication. Rien n’est plus dangereux pour la santé que les acides gras oxydés ! Lorsque vous les portez à haute température, elles s’oxydent davantage, et, cerise sur le gâteau, il se crée par la même occasion des acides gras dits « Trans » extrêmement nocifs ! Miam !

.

iStock-000020523593Small_1

 

Lorsque vous consommez ces acides gras, ils oxydent vos propres graisses (comme le cholestérol par exemple) et les rendent nocives à leur tour. Il se crée alors au sein de l’organisme, ce que l’on appelle « l’effet zombie », qui va se répéter des millions de fois : les graisses oxydées vont oxyder les graisses saines, qui iront, une fois « contaminées » oxyder d’autres graisses saines, etc.

Bref, avec les huiles polyinsaturées (tournesol, colza, maïs, soja, pépins de raisin…), les frites sont croustillantes, mais vos artères aussi !

Les Belges le savent bien, les bonnes frites c’est à la graisse naturelle de bœuf  !

Lisez également :

Ce que contiennent vraiment les nuggets de poulet…

Activité physique = perte de graisse ?

graissedeboeuf

 

28 janvier 2015 | Mes brèves